05.08.15. Un colis Miss Ferling contient toujours des surprises et des petites attentions qui font plaisir…
fondsoins

La parole à celles qui ont travaillé les soins Miss Ferling…


bdthistoireLe Baume des tigresses

Le commentaire de la créatrice
Voici un clin d’œil hommage au Baume du Tigre®, le soin asiatique à l’eucalyptus qui guérit de tous les maux ou presque. Mon Baume des Tigresses ne s’occupe lui que des mains et ongles !

Le mot technique de la formulatrice
J’évite les silicones le plus possible. Nous avons décidé avec Sandra de ne pas en mettre et d’avoir des touchers aussi sympas sans qu’avec. Cette limite a été un accélérateur de créativité, surtout en commençant avec des crèmes mains (elles sont jugées par les utilisatrices de façon très réelle). Avec ce parti pris, j’ai mis en place un toucher « très Miss Ferling » au fil des créations – dont je m’occupe depuis 2006 – qui fait vraiment ressentir la qualité des formules.



parfum-3-soisn-tigressesLe Baume des Tigresses Bling-Bling

Le commentaire de la créatrice
Etre couverte d’or, rien de mieux pour le moral ! Je voulais un fini chic et surtout pas une surabondance de paillettes clinquantes. Un bling-bling calmé mais assumé !

Le mot technique de la formulatrice
Nous avons scintillé pendant des jours au laboratoire pour trouver le bon mélange de nacres qui soit vraiment joli sur le corps et les mains en gardant son esprit chic ! C’est toujours le souci des rendus irisés : on doit voir les nacres mais sans trop en faire pour ne pas avoir une peau luisante ! Je crois que nous avons trouvé le dosage élégant…

Le Pattes Arrières

Le commentaire de la créatrice
Je rêvais d’un soin pour les pieds qui soit glamour et ne sente pas le menthol. Et cette émulsion aux beurres végétaux arriva comme un superbe écrin au parfum de la crème main…

Le mot technique de la formulatrice
Nous avons rendu la formule plus épaisse quelques temps après sa mise sur le marché. C’était un bel exercice d’avoir un soin très nourrissant, riches en beurres végétaux avec le souhait d’un fini généreux sans coller ni graisser. Rien à voir dans sa structure avec la crème pour les mains en tout cas.

Le parfum des trois soins « Tigresses »

Poésie revisitée de la guimauve par Mademoiselle Parfumette pour ces trois soinsOn croit reconnaitre la guimauve qui se mange, mais on devine la plante. Les nez les plus fins font le lien naturel entre l’amande recomposée et la fleur d’oranger qui comme par magie donnent vie à cette idée de guimauve suave mais pas entêtante. On redécouvre l’anis vert et la bergamote tempérées par des notes boisées et calmes. Par pure gourmandise, on y savoure quand même une pointe de dragée, une violette qui traverse la note et une vanille élégante.

Le parfum imaginé par Mademoiselle Parfumette est tout sauf écœurant, juste rassurant et délicat. Une note que l’on a envie de porter sur la peau pour des petits snifs réconfortants quand on réfléchit la tête posée entre ses mains (parfumées).


dalmatiehistoireBaume de Dalmatie

Le commentaire de la créatrice
Enfin un vrai soin de niche !!! ah ah ah…

Le mot technique de la formulatrice
La performance de cette texture réside dans l’incorporation des microcapsules (les fameux petits pois visibles) qui résistent à l’agitation en machine lors de la fabrication mais qui paradoxalement fondent sur la peau. Ils sont à la mode aujourd’hui, mais c’est une matière première que nous avons commencé à travailler en 2007. Nous avions même reçu avec Miss Ferling une subvention à l’innovation. Oui, nous sommes très fières de ce produit au labo !

Le parfum
Un voyage qui commence et finit dans un biscuit – comme Proust
Travaillée comme une petite pâtisserie, la note de gâteau sec à la poudre d’amande s’impose sans trop en faire. Ce parfum évoque les saisons de l’Aquitaine malgré lui : les aiguilles de pin fraîches, le mimosa – un soleil au sortir de l’hiver, la petite violette et l’iris longiligne qui colorent nos jardins de touches mauves. Pas de frontières à ce voyage ; le nez est aussitôt emporté dans une forêt imaginaire réchauffée de pointes de réglisse, de fève tonka puis de santal – revenu de Katmandou il y a bien longtemps désormais !
Par une inspiration, vous vous êtes promenés dans mille endroits – peut-être en Dalmatie, la contrée aux cents îles…?


mona-lisa-histoireKiss me sweet mona

Le commentaire de la créatrice
Le sourire mythique de la Joconde justifiait de créer un soin qui lui fasse totalement honneur.

Le mot technique de la formulatrice
Pour ce premier baume à lèvres, j’ai formulé un presque 100% naturel. Le beurre de karité à haute dose a la fâcheuse tendance à cristalliser. Il nous a fallu plusieurs productions et bien des essais pour trouver celui qui se comporte bien désormais. Le naturel réserve toujours des surprises… qui deviennent vite au labo des problématiques techniques complexes.

Le parfum
Violette si peu hésitante
Pour être parfum et arôme comestible à la fois, cette violette ne se livre pas au premier snif. Elle doit trouver sa place après le premier tour de piste de la coriandre impétueuse, de petit grain tonique et de la bergamote toujours sûre de sa personnalité. On aime sur les lèvres cette note à la gourmandise très mesurée comme son associée la dragée. La violette créée par Mademoiselle Parfumette est calme, posée sur d’éternels séducteurs tranquilles – le musc et la vanille. Pas trop de sucre dans tout cela, mais l’envie d’y revenir, elle, est bien là….


dodohistoireBaume du dodo

Le commentaire de la créatrice
A cette idée de nom, il m’a tout de suite été opposé son côté enfantin. Comme une riposte, j’ai introduit dans le discours la mamie avec ses tisanes. La moyenne d’âge est devenue moins jeune du coup.

Le mot technique de la formulatrice
Nous avons poussé plus loin la formulation naturelle en utilisant une matière première que je trouvais « rigolote et culottée ». Le fournisseur a créé un mélange gras qui imite la vaseline – cette matière honnie venue de la pétrochimie !  Leur pari est réussi car cet ingrédient totalement végétal est très beau, sûr et actif. Le film obtenu sur les lèvres ne colle pas et le baume du dodo a des vertus réparatrices qui ressortent bien des tests. Comme quoi, on peut innover sur des produits comme les baumes à lèvres où la concurrence ne manque pas.

Le parfum
Une fleur d’oranger la nuit…
Il en fallait de l’impétuosité pour réinventer la fleur d’oranger qui berce la Méditerranée depuis toujours et a accompagné tant de mariages. La voici bien encadrée par les nobles rose et jasmin, couronnée par l’autre facette de l’oranger qui n’allait pas laisser cette fleurette voler la vedette. Et pourtant, petit grain envolé, comme elle est sereine cette fleur suave allongée sur un lit de palissandre, de musc et de vanille. Note et arôme sont doux pour accompagner la nuit d’un souffle parfumé tout  léger….


image-suivez-moi-jeune-homme-histoireSuivez-moi jeune homme

Le commentaire de la créatrice
Un hymne à ma grand-mère qui s’y connaissait en style, en mode et chapeaux ;  elle utilisait ce mot « suivez-moi jeune homme » que j’adore. Vive l’élégance bien dite !

Le mot technique de la formulatrice
Le pigment magique est très complexe et c’est pour cela qu’on le trouve peu sur le marché, et souvent dans une formule pétrochimique, une base de vaseline. Je le savais très desséchant et ma problématique était d’avoir une formule la plus naturelle possible et une texture la plus nourrissante aussi. Je suis contente d’avoir résolu cette équation, mais il m’a fallu pas mal de semaines et d’essais. Sous son look rock ’n roll, ce baume hybride a été d’une rare complexité à mettre au point.

Le parfum
Une chic ambiance gourmande
L’histoire du baume tourne autour du rose et ainsi devait-il en être du parfum, un arôme qui soit une belle histoire d’amour sur les lèvres comme le suggérait le nom du soin. Voici dévoilé l’audacieux pot aux roses de Mademoiselle Parfumette ! Elle invite à sa table le litchi nacré suave à croquer, la bergamote fusante et l’amande si classique parfois. La rose ose l’amitié partenaire avec la violette un peu verte et l’héliotrope enveloppante, pimentant cette association de fève tonka et de vanille. A déguster sur musc blanc….



BON-SECOURS-R-(2)Bon Secours

Le commentaire de la créatrice
L’institution pour jeunes filles n’est pas loin. Il fallait de la vertu à ce soin miraculeux et bienveillant…

Le mot technique de la formulatrice
J’avais en tête du brief « le pompier de la peau, le soin qui sauve quand on est perdue dans la jungle ». J’ai pris les meilleurs anti-inflammatoires, pas lésiné sur les doses, conçu une texture pansement et fait simple. Moralité : cette crème est hyper efficace et je le recommande autour de moi dès que l’on me pose la question des produits « qui marchent ».

Le parfum
L’apaisante douceur
On demandait à la note d’être réconfortante mais de raconter aussi un peu la jungle… Cette création de Mademoiselle Parfumette a gardé son accord amandé-poudré qui pose l’affaire. Bergamote, vanille et musc blanc s’assoient et attendent les autres participants dans ce soin infirmier qui ne doit pas devenir une rigolade. C’est du sérieux, on apaise, on calme, comme l’héliotrope vanillé et crémeuse. Badiane et menthe rafraichissent l’ambiance sans la plomber, à l’image de leur crème écrin qui « éteint le feu cutané ». On se souviendra d’un soin efficace qui sent drôlement le réconfort.



VISAGE-histoireCapucine & son Eau des Beaux Jours

Le commentaire de la créatrice
Comme la plupart des actifs sont solubles dans l’eau, pourquoi ne pas concevoir une eau sublime qui soit gorgée d’actifs et offre une activité vraiment puissante tout en ayant un nom qui donne envie de printemps, de gaité, de rosée du matin…. ?

Le mot technique de la formulatrice
Pour les soins visage, il fallait une efficacité visible et rapide sans nuire à la peau. La marque est très respectueuse des utilisatrices, elle a un discours honnête que je ne voulais pas trahir. J’ai chargé en actifs techniques et dû trouver un compromis avec les acides de fleurs exfoliants… Il me fallait être sûre d’avoir de l’efficacité et une grande douceur. Un produit pas simple du tout au final et bien actif sur la peau !

Églantine & son Fluide Étonnant

Le commentaire de la créatrice
A ce soin hybride entre sérum et crème, il fallait un nom de jeune fille pas courant. Eglantine, rose sauvage à la beauté simple, me semble parfaite pour raconter un produit élégant et différent.

Le mot technique de la formulatrice
Il a fallu réinventer le sérum avec une texture qui puisse se faufiler sous une crème classique ou s’utiliser seule l’été ou sur une peau un peu grasse. Ce fluide contient un dosage maximum d’actifs sophistiqués et compliqués à stabiliser. Je pense que cette texture est en avance sur son temps. Ce sérum hybride n’est pas commun. Il parait aqueux mais riche en actifs techniques dans la phase aussi bien grasse que aqueuse. J’adore son toucher hyper doux… et toujours sans silicones !

Le parfum de la ligne LES FILLES EN FLEURS

Abstractions florales
Voila un parfum qui parle des fleurs, habite des soins aux fleurs, mais qui justement n’en fait pas trop avec elles. Pour celles qui s’attendaient à un bouquet classique, voici déjà une mandarine inattendue qui ouvre le chemin. Le nez est chatouillé par un petit grain velouté et la bergamote signature chez nous. Apparaissent encore humides des fleurs d’eau, une jacinthe pas prétentieuse, un lotus franc, un jasmin et une rose en toute retenue devant ces apparitions peu classiques. Et enfin, plus d’hésitation, les notes valeurs sûres, amande, musc blanc, santal (pas en mode Inde en 1970 !) envoient leur chaleureux message de douceur.
Le résultat ? Un parfum qui évoque mille choses sans pouvoir en citer précisément une !  En tout cas, il a fait une quasi-unanimité lors des tests. Il doit raconter à chacune une jolie histoire…


ciel-en-soi-histoireLa crème de nuage poudrée

Le commentaire de la créatrice
Je voulais une crème qui soit comme un morceau de nuage dans la main, une texture mate et étonnante

Le mot technique de la formulatrice
La prouesse tient à la charge en poudres fines qui ne blanchissent pas la peau au final. La texture est lourde mais vraiment légère en toucher. C’est une vraie crème de poudre. Peu de marques osent ce concept,  pourtant le toucher est incroyable.

L’Exfoliant Bulles Célestes

Le commentaire de la créatrice
Pour prolonger l’idée de l’infini céleste du Ciel en Soi j’avais envie de bulles légères qui s’envolent comme des pensées fugaces.

Le mot technique de la formulatrice
Pour moi, ce qui signe une bonne texture de ce type c’est sa rinçabilité, sans résidu, sans inconfort. J’ai travaillé une texture très extensible pour faciliter le gommage avec peu de produit et son évolution au contact de l’eau. Et le tout en respectant la peau pour qu’elle ne tire pas. Un bon équilibre entre toucher, praticité et douceur de la peau.

Le Gel Moussant Fleurs au Vent

Le commentaire de la créatrice
Mon inspiration vient d’un moment de l’enfance quand le cerisier en fleur frisonne dans un souffle de vent et que l’on se retrouve dans une pluie de pétales parfumés.

Le mot technique de la formulatrice
J’ai cherché à travailler une formule simple, douce et qui respecte le film hydrolipidique. Celle-ci joue bien avec la note parfumée et s’utilise vraiment sans stress sur le visage ou une peau délicate. Elle nettoie bien sans dessécher la peau.

Le parfum de la ligne LE CIEL EN SOI

L’hespéridé, le nez dans la poudre
Pour des soins poétiques qui évoquent avec leurs noms l’infini du ciel et la sérénité des grands espaces calmes, un parfum à la hauteur était forcément attendu. Et Mademoiselle Parfumette de remuer ciel et terre avec nos ingrédients fétiches. On parle de soins qui enveloppent de douceur, de fleurs blanches et de poudre de riz dans les actifs ; la note ainsi conçue leur fera honneur sans les répéter. Amande, anis vert et bergamote créent un hymne au velouté et déjà ils s’envolent. Se posent comme un voile sur la peau des fleurs adorées : le jasmin d’eau transparent, la fleur d’oranger promesse de suavité, l’héliotrope crémeuse. Pour un souvenir d’enfance, un fond qui fait courir entre des draps blancs séchant au soleil, le musc, la vanille et la fève tonka révèle la peau douce et lui donne une touche poudrée irrésistible.


envoleebellehistoireEnvolée Belle

Le commentaire de la créatrice
Je voulais un nom qui donne envie de partir, de voyager…. J’adore cette création qui donne un côté canaille aux départs (« se faire la belle »…)!

Le parfum
Un sérieux parfum doudou !
Les gels mains propres avaient tous la mauvaise idée de ne pas sentir très bon ; au mieux la forêt d’eucalyptus qui évoque quand même la maladie.
L’Envolée Belle raconte l’histoire à l’envers. Son joli parfum n’empêche pas le soin de tuer les germes et petits microbes. Pour ne pas y penser, litsea, bergamote et petit grain pétillent direct ! Ils s’échappent dans un souffle d’alcool et s’impose alors un cœur plus habité qu’il n’y parait avec de la fleur d’oranger, la verveine vraie, l’héliotrope qui s’appuient franchement sur un caramel à la vanille. Si on vous avait posé la question, vous n’auriez jamais repéré le caramel. On vous met au défi de trouver ce parfum écœurant. Bref, à flairer d’urgence pour élargir son horizon olfactif.

La baguette attrape-cœurs

Le commentaire de la créatrice
J’avoue que l’idée d’un parfum qui dépose des paillettes et possède le look d’une baguette magique m’a tout de suite tentée…

Le parfum
L’amande faussement simple
Il est né d’une envie un peu dingue ce parfum-là. Il devait sentir bon, mais pas envahir, il fallait qu’il puisse oser des alliances inattendues avec des parfums déjà posés sur la peau, il allait vivre dans une base sans alcool. Quel challenge !
Mademoiselle Parfumette s’est jouée de ces contraintes et même amusée. La bergamote et l’amande subliment le côté le plus vert d’une badiane fraîche. Ça commence drôlement, alors qu’à peine remis, le nez est délicieusement chatouillé par le dialogue à trois de la fleur d’oranger avec le jasmin d’eau et l’héliotrope. Et elles chuchotent car le fond se fait entendre. Sous forme de concrète, ils se savaient attendus ces parfums réconfortants. Alors écoutons le murmure doux du musc, de la vanille et de la fève tonka qui ne finissent jamais de surprendre qui les porte ou s’y frotte…